Dimanche 31 mars 2019

Évangile selon saint Luc 15, 1-3.11-32

Les publicains et les pécheurs venaient tous à Jésus pour l’écouter. Les pharisiens et les scribes récriminaient contre lui : « Cet homme fait bon accueil aux pécheurs, et il mange avec eux ! »

Alors Jésus leur dit cette parabole : « Un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.” Et le père leur partagea ses biens. Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre. Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin. Il alla s’engager auprès d’un habitant de ce pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs. Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien. Alors il rentra en lui-même et se dit : “Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Traite-moi comme l’un de tes ouvriers.”

Il se leva et s’en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers. Le fils lui dit : “Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.” Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds, allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons, car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.” Et ils commencèrent à festoyer.

Or le fils aîné était aux champs. Quand il revint et fut près de la maison, il entendit la musique et les danses. Appelant un des serviteurs, il s’informa de ce qui se passait. Celui-ci répondit : “Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a retrouvé ton frère en bonne santé.” Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père sortit le supplier. Mais il répliqua à son père : “Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis.

3 En Transat Balancelle toutes Splity Chaise Le Options 1 Haute 4A5R3jLq

Mais, quand ton fils que voilà est revenu après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu as fait tuer pour lui le veau gras !” Le père répondit : “Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé !” »

Écouter cette méditation

Maison Déco Idée Travail Tabouret Hauteur Plan De Et UqzVpSM
Télécharger le fichier audio
190331 Lc 15, 11-32 La parabole du Père miséricordieux.mp3
Prière

Père éternel, par la douloureuse Passion et la Résurrection de ton Fils, accorde-nous ta miséricorde, ainsi qu’au monde entier. Au nom du Père…

Demande

Par ta douloureuse Passion, sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier.

3 En Transat Balancelle toutes Splity Chaise Le Options 1 Haute 4A5R3jLq

Réflexion

1. En ce dimanche de Laetare, la deuxième lecture exprime la cause profonde de notre joie : « Si quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle. » (2 Co 5, 17) Dieu, dans le Christ, a réconcilié le monde avec lui, il a pris notre péché sur lui pour que nous puissions nous revêtir de sa grâce et devenir des enfants de Dieu. Notre Dieu ne nous regarde plus comme des simples pécheurs, désormais notre Père nous regarde comme ses enfants bien-aimés et « la preuve que vous êtes des fils, c’est que Dieu a envoyé dans nos cœurs l’Esprit de son Fils qui crie : Abba, Père ! » (Ga 4, 4). Dans la parabole du Père miséricordieux Jésus nous révèle le visage d’un père ému d’un « amour viscéral » pour ses enfants qui sort de sa maison à deux reprises pour aller à la rencontre de ses enfants là où ils sont.

2. Les deux enfants sont incapables de dépasser la logique de la rétribution qui précise qu’il faut donner pour recevoir. Même le fils cadet, quand il prend la résolution de rentrer à la maison, croit fermement que cette logique va le sauver : je donnerai mon travail en échange des moyens pour vivre comme le font les salariés de mon Père. Pour tous les deux la gratuité de la grâce et de la miséricorde du Père reste cachée et c’est justement là la clé pour comprendre la parabole. Saint Paul a très bien compris cette gratuité de la miséricorde quand il écrit à propos de la justice de Dieu : « Je fais miséricorde à qui je fais miséricorde et j’ai pitié de qui j’ai pitié. Il n’est donc pas question de l’homme qui veut ou qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde . » (Rm 9, 15-16)

3. Cette parabole nous révèle le visage d’un Père en sortie. La clé de ce mouvement de Dieu se trouve au verset 20 : « Son père fut pris de pitié. » Luc utilise le verbe splagchnizomai (être ému de compassion, avoir compassion) qui vient du substantif splagchnon (entrailles, car pour les Hébreux les entrailles étaient le siège des plus tendres affections, en particulier la bonté, la bienveillance, la compassion) et qui désigne en grec les entrailles de l’homme, y compris le cœur.

Rembrandt a su peindre cette expression dans son tableau du Fils prodigue : on dirait que le fils trouve son abri dans les entrailles de son père, qu’il renaît des entrailles du Père miséricordieux. Même si une mère peut oublier le fils de ses entrailles, Dieu notre Père ne nous oubliera jamais. L’Ancien Testament parlait déjà d’un Dieu miséricordieux et « ce mot évoque une attitude de tendresse comme celle d’une mère à l’égard de son enfant. En effet, le terme hébreu utilisé par la Bible fait penser aux viscères ou également au sein maternel. L’image qu’il suggère est donc celle d’un Dieu qui s’émeut et s’attendrit pour nous comme une mère quand elle prend dans ses bras son enfant, ne souhaitant qu’aimer, protéger, aider, prête à tout donner, également elle-même. Telle est l’image que nous suggère ce terme. Un amour que l’on peut donc définir, dans le bon sens du terme, de viscéral Marbre A Manger En Salle Table Inspirant dBoexWrC. » (Pape François, audience générale du 13 janvier 2016)

Dialogue avec le Christ

Montre-moi, mon Dieu, ta miséricorde, selon la pitié du Cœur de Jésus. Entends mes soupirs et mes prières, et les larmes d’un cœur contrit. Ô Dieu tout-puissant, toujours miséricordieux, ta pitié n’est jamais épuisée, bien que ma misère ait l’immensité de la mer, j’ai une absolue confiance en la miséricorde du Seigneur. Ô Trinité éternelle, Dieu de bonté à jamais, ta pitié n’est jamais calculée, j’ai donc confiance en l’océan de ta miséricorde et je te ressens, Seigneur, bien qu’un voile m’isole. Que la toute-puissance de ta miséricorde, ô Seigneur, soit glorifiée par le monde entier, que sa gloire ne cesse jamais, annonce, mon âme, avec ardeur la miséricorde de Dieu. (Prière pour implorer la miséricorde de Dieu)

Résolution

Sortir à la rencontre d’une personne, d’un de mes enfants qui traverse un moment difficile.

Père Roger Villegas, LC
De I Dépôt Cash VenteAchat Vente D'occasion Meubles UzSpVM
Méditations: Regnum Christi 
Texte de l’Évangile et informations liturgiques: © AELF - Paris - Tous droits réservés